Présentation

 

 

 

« Matière et manière, une femme est là, entière en son art, à nous rappeler qu’il s’agit, au sens pictural, musical aussi, d’accord… et l’on verra ce que la plasticienne de ce regard a de neuf à nous conter sur nous-mêmes, sans rien vouloir nous imposer du sens, nous laissant libres d’arpenter la route, l’aventure, qu’elle déroule devant nos yeux surpris, aiguisés à leur guise. »  Pierre Grouix dans « La Chancellerie « 

Plasticienne, j’utilise mes cheveux pour faire mes  Œuvres.

Mon travail s’organise autour du chiffre trois & de ses multiples. Je joue avec la répétition du geste, la tension du matériau & les couleurs noire & rouge, créant ainsi des variations qui structurent mes œuvres en séries.
Ma pratique se caractérise par l’utilisation d’une matière organique que je produis puis récolte quotidiennement avant sa chute naturelle sur le sol. Mes cheveux perdent ainsi leur futur statut de déchets. Triés & conservés, ils sont ensuite mis en forme de différentes façons.
Ces particules capillaires peuvent être fixées sur du papier en d’énigmatiques signes, crochetées en de fragiles réseaux, amassées & assemblées en sculptures mouvantes, nouées & cousues sur des toiles ou brodées sur de la tarlatane. Je mène une réflexion sur le temps, la perte & la mort.
Si elles portent toujours la mémoire physique et psychologique du corps auquel elles étaient reliées & en évoquent la présence, elles sont cependant détournées & métamorphosées par le faire artistique. Grâce à la nouvelle visibilité que je leur offre lors des expositions, les cheveux deviennent supports de rêveries, d’évocations ou de souvenirs pour ceux qui les regardent.

Un Dictionnaire amoureux des cheveux est élaboré au fil du temps.
Des installations comportant plusieurs centaines de mèches proposent aux spectateurs des échanges ou des dons de cheveux. Une Trikhothèque d’un millier de pièces s’est constituée.
Des performances trikhographiques ont eu lieu chaque année en différents lieux pendant douze ans. Elles témoignent du passage du temps.

 JGL/ADAGP-Tous droits réservés