Rousseur

Composition 1882 Charles Maurin

La couleur rousse naturelle est rare.
Elle est portée par environ 1 à 2% de la population humaine. La rousseur varie du bordeaux au cuivré & à l’orange vif. Elle est due à une forte concentration du pigment roux phéomélanine & une faible concentration du pigment sombre eumélanine.
Longtemps stigmatisée (le dieu égyptien Seth, Judas le traître & Marie-Madeleine la pécheresse sont souvent roux), cette couleur a fasciné les romains de l’Antiquité comme les peintres de la Renaissance .

Une exposition « Roux! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel » montre l’attraction exercée par la rousseur auprès de ce peintre  de la deuxième moitié du XIXème siècle.

Cette obsession du roux traverse son oeuvre picturale & est confortée par la présentation de nombreux dessins à la sanguine.

La liseuse 1883

 

 

 

 

Le roux est une signature pour Jean-jacques Henner . Il joue avec cette  « couleur qui se voit & qui fait écart avec les autres  » ( M.Pastoureau) autant pour équilibrer sa palette que pour se singulariser auprès de ses contemporains tels que Carolus-Duran,  Edgard Maxence ou Charles Maurin.

Femme à L’orchidée 1900 Edgard Maxence
Lilia 1889 Carolus-Duran

 

 

 

 

 

 

 

 

La force de cette couleur se retrouve dans les « robes hommages » à Sonia Rykiel, rousse exemplaire, comme dans les masques tatanua  de Nouvelle-Guinée ou les portraits d’indiens de Georges Carlin.

Création spéciale pour Sonia Rykiel Maison Martin Margiela 2008
Masque Kepong fin XIXème Papouasie Nouvelle-Guinée
Portraits de Wa-ta-we-buck-a-na et de Mu-ho-shè-kaw indiens Ioway du Missouri G.Catlin 1846

 

 

 

 

 

 

 

 

Si les rousses se remarquent forcément, les roux attirent aussi l’attention & de ce fait ont suscités des réactions ambiguës allant de la fascination à la répulsion. Les préjugés à leur égard sont nombreux ( odeur, traîtrise, luxure) & ils ont été l’objet de sévices & de violences allant jusqu’à la mort pour les femmes jugées comme sorcières.

« La rousseur symbolise l’impureté malsaine, la sensualité lascive, la liaison intime avec les puissances diaboliques. S’il fait peur, le roux – et davantage encore sans doute la femme rousse – fascine et intrigue, constitue un réservoir inépuisable de fantasmes. » écrit Valérie André dans la présentation de son ouvrage  « La rousseur infamante. Histoire littéraire d’un préjugé« .

Un film présenté dans l’exposition montre les témoignages  d’adultes & d’enfants qui prouvent que leur situation dans la société reste encore délicate.

David Bowie

Cependant assumée & parfois choisie la rousseur peut devenir un atout de séduction & d’affirmation de sa personnalité mettant en valeur l’identité de celle ou celui qui la porte. Sonia Rykiel  & Woodie Allen  doivent en partie ce qu’ils sont devenus à la couleur de leurs cheveux.

« Être(s) roux, regards croisés sur une singularité » l’ouvrage d’Élodie Roux-Guyomard & Marie-Savine  Colin explique comment cette couleur participe à la construction identitaire de la personne & permet de mieux comprendre le regard qui se porte sur elle.