Repentirs

« De temps en temps, elle passait ses doigts dans ses cheveux bouclés en repentir sur son épaule. » George Sand, Maupat, 1837.

« Une petite école pour rire, tenue par une vieille dame à repentirs que les enfants appelaient « bonne amie ». » Alphonse Daudet, Le petit chose, 1868.

« De derrière l’oreille s’échappe cette longue boucle nommée repentir dans le bizarre langage de la toilette du temps. » Théophile Gautier, Guide du Louvre,  1872.

Au singulier comme au pluriel, le mot « repentir » désigne  au 19 ème  siècle, les boucles de cheveux roulés en tire-bouchon que les femmes laissaient pendre de chaque côté du visage, & que l’on nomme aujourd’hui « anglaises ».

Ce terme a inspiré Laurette Succar, poétesse, pour le titre  « La chevauchée des repentirs » donné à la série de livres d’artistes que nous avons réalisée à quatre mains & dont j’ai assuré la partie plastique.

La chevauchée des repentirs

Il fait ombre
si courbe si leste
que l’as en est transi

A cette heure où l’abîme
bat pavillon certain
l’ire brûle
à tous les bouts

Il fait si trouble
loin
dans les nœuds crépitants
des rivières en cavale

Laurette Succar  Paris 2018